En France, 11 millions de personnes partagent le même engagement. Un engagement qui les mobilisent parfois 24h/24. Un engagement qui ne leur permet aucun répit. Un engagement trop souvent sous le radar.
Ces 11 millions de femmes et d’hommes, ce sont les aidants. C’est cette maman qui se consacre jour et nuit à son fils en situation de handicap. C’est ce mari qui a dédié une grande partie de sa vie à s’occuper de sa femme atteinte d’un cancer. C’est cette jeune fille qui, dès la sortie de l’université, court s’occuper de sa grand-mère atteinte de la maladie de Parkinson. Beaucoup d’entre eux ne savent même pas qu’ils sont aidants. Pour eux, ils rendent juste service à un proche. C’est naturel. Cet engagement leur demande beaucoup de temps, d’attention. Certains dédient leur vie aux autres, parfois au prix d’un oubli d’eux-mêmes. Ils aident, mais eux aussi ont besoin d’être aidés. De souffler. Leur permettre d’avoir ces moments de répit est fondamental. C’est pourquoi nous avons permis l’entrée en vigueur d’un nouveau droit. Depuis le 1er octobre, chaque aidant, qu’il soit salarié, fonctionnaire, indépendant ou demandeur d’emploi, a droit à un congé rémunéré de 3 mois, qui pourra être renouvelé jusqu’à un an sur l’ensemble d’une carrière. Avec ce congé, pour lequel la Ministre Sophie Cluzel a œuvré depuis 2017, c’est un peu de répit offert et la possibilité pour chacun de se consacrer à ses proches, sans sacrifier sa vie professionnelle et sociale. Ce progrès ne s’arrête pas là. La ministre Brigitte Bourguignon portera dans les prochains mois un projet de loi sur le grand âge et l’autonomie pour aller encore plus loin. Que cette journée nous permette une nouvelle fois de mettre à l’honneur le dévouement de tous nos aidants !

mardi 06 octobre 2020

En Marche

Dernières actualités